• L'instant suédois - suivi de Poignées d'amour sur la côte d'Amour

      Afin de faire de la place dans ma boîte à chaussures-stock de laine, il me fallait trouver un projet qui puisse employer plusieurs lots de deux pelotes de Shetland de l'Échappée laine (100m/50g chacune) ; je les avais commandées il y a trois ans dans l'optique de tricoter un pull Fair Isle mais les couleurs étaient finalement trop dissemblables. Ensemble, quatre d'entre elles (Brique, Corde, Vert et Granny) me semblaient toutefois pouvoir donner un résultat harmonieux. Après ratissage de Ravelry afin de dénicher un modèle compatible, l'heureux élu s'est trouvé être le pull Visser de Anna Maltz (ça veut dire pêcheur en néerlandais).

    L'instant suédois

      Bien que sa forme chauve-souris ne laisse pas présager un seyant (une seyance ?) de ouf, l'intérêt résidant dans sa construction l'a emporté ; car ce pull ne se tricote ni en bottom-up ni en top-down mais en side-to-side (?), c'est-à-dire qu'on fait du jersey en commençant par le côté droit (1 raie-yure = 3ha-rangs), d'abord le devant en dessinant l'encolure au fur et à mesure, puis le côté gauche et enfin le dos, en gardant au chaud les mailles nécessaires à la reprise des manches qui seront tricotées en rond avec des diminutions régulières sur le dessus. Seules les épaules et le côté droit doivent être cousus. Pour les finitions : du jersey qui roulotte pour les manches, et des côtes bicolores pour l'encolure et le bas du pull. 

    L'instant suédois

      Le patron étant conçu pour employer deux couleurs contrastantes et une laine plus fine, après avoir traduit le bouzin, j'ai refait les calculs pour 4 coloris tout en réduisant l'ampleur afin de ne pas me trouver à court de laine avant la fin. Les chiffres au cas où ça intéresse quelqu'un : 42 mailles pour le côté, 2+34 pour l'entournure, 8 rayures pour les épaules, 25 rayures pour l'encolure. Le tour du corps fait 96 rayures (contre 136 sur la taille M du patron). 20 rayures pour la manche dont la circonférence au coude fait 44 mailles (fallait pas moins !). Aiguilles 4,5 au lieu des 4 préconisées.

    L'instant suédois

      Entamé fin juin, je l'ai terminé fin juillet en mode "on est pas bien là, par 29°C sans ventilo avec un petit shetland sur les genoux ?". On distingue pile au milieu devant une micro rayure granny victime d'un Paris-Reims en TGV, qui vous emmène à bon port en tellement peu de temps que vous jureriez avoir terminé votre rayure avant le dépôt de votre ouvrage alors qu'il n'en est rien.

    L'instant suédois

    RIP au bouton du short chéri burda qui a préféré se désaligner quelque part sur la plage de Carnac.

      Globalement j'en suis contente, même si j'aurais bien fait l'encolure un peu plus large et qu'on échappe pas au syndrome "aile de poulet" de la manche kimono. Une jeune collègue qui se met à la couture et au tricot m'a assuré qu'elle adorait l'ensemble automnal des couleurs et que la forme finie était ok sur moi, et ce bien qu'elle soit au courant que je ne suis pas responsable de sa fiche de paye. Les amateurs de tenues type "arbre de Noël" seraient-ils plus nombreux que je ne le crois ?

    L'instant suédois

    **********

      Pour la deuxième partie de ce billet spécial plage, rejoignons la chenille "toute belle en maillot" qui traverse les internettes couture cet été. Dans le plus pur esprit Cousu Main, j'ai en effet renoué avec la bidouille pour transformer un maillot olé olé en un deux pièces convenable.
    Convenable : adjectif, s'applique lorsque l'intégralité de la mamelle (et pas genre une sur deux) reste en place dans le maillot même après un tour de rouleau massacreur sur une plage à forte pente.

    L'instant suédois

    Maillot Morgan T42 soldé à 35 balles en rayure kibrille 75% polyamide/25% élasthanne, made in Tunisia.

      A part pour rigoler je ne vois pas l'utilité du haut de ce maillot, puisque la réalisation du moindre pâté de sable équivaut à sonner l'évacuation et compter les passagers une fois relevée (je serais curieuse de connaître le mode de vie de mes sœurs humaines qui ont contribué à la disparition de ce modèle des portants).

      Mais le haut de mon maillot burda de juin 2011 réalisé en coton vichy criait pouce; si sa culotte tient encore le choc, le haut s'est avéré cette année déborder de toutes parts. Sans envie d'en coudre un de A à Z, je me suis alors réveillée l'avant-dernier jour des soldes pour commencer la quête d'un maillot apte à accueillir l'intégralité de ma doduness, et c'est donc lui qui fut acheté, avec l'idée d'au pire en sauver la culotte.

    L'instant suédois

      Sans plan précis, j'ai d'abord recoupé une culotte haute, en coupant le bord élastiqué du maillot jusqu'aux épaules et en le transposant à la taille sans tirer, avec un point zigzag, en raboutant les deux extrémités de l'élastique devant par un point de bourdon discret. Joli et vite fait.

    L'instant suédois

      Trouver une forme pour le haut a été plus houleux ; après quelques usines à gaz abandonnées en cours de construction, je suis allée acheter un élastique doux et large pourvu de deux petites bandes de silicone à la mercerie du marché Saint Pierre pour mener à bien la mission de soutien. J'ai défait la couture du milieu pour la transformer en fermeture portefeuille sans quoi la bordure élastique noire baillait trop. Contrepartie, le côté s'est retrouvé à bailler un peu plus, et comme j'avais déshabillé Paulette pour habiller Pierrette il a fallu reganser d'élastique les côtés, avec un élastique noir à bretelles de soutien-gorge. Moyennant un peu d'aisance négative pour cet élastique, on a fini par obtenir un résultat convenable. Après moult essais, réajustements, et transformation de mon buste en poupée vaudou, une longueur et position optimale de la bande siliconée ont été trouvées et fixées au point zigzag, afin d'obtenir le mélange de soutien et de tension nécessaire. Heureusement que j'avais la pression d'un passage au bord de l'Atlantique pour achever cette mission dans un temps limité ! Voilà un maillot sympa, confortable et efficace qui me permettra de prendre 5 kilos supplémentaires, et c'était là tout ce que je lui demandais !

    L'instant suédois

    L'instant suédois - suivi de Poignées d'amour sur la côte d'amour

    Photos : courtesy of Monsieur


  • Commentaires

    1
    Vendredi 17 Août 2018 à 23:38

    de belles réussites (rha, j'ai cru mourir de rire tout du long !), surtout le maillot qui me semble personnellement l'Everest inatteignable. Le tien est super "qu'on dirait qu'il est acheté" haha. Je partage aussi l'avis de ta jeune collègue (jeune ??? gné ??? mais toi t'es quoi alors ???), ce pull est une belle transformation de fins de boite à chaussures (et il ne sent même pas des pieds). Mon seul doute dans tout ça, c'est ... pourquoi 5kg ? tu anticipes les tartiflettes de l'hiver ou bien ???

      • Dimanche 19 Août 2018 à 09:31

        Cette personne n'était même pas née que j'avais déjà la bouche pleine de bagues, on peut donc la qualifier de jeune.
        Pour les 5 kg mon corps a déjà visiblement commencé à anticiper un hiver rude pour des raisons que j'ignore, donc quitte à perdre l'usage de tous mes bas zippés ou boutonnés, autant gagner un maillot mettable.

    2
    Liseli
    Samedi 18 Août 2018 à 10:23

    C'est bizance aujourd'hui: deux épisodes de ma série préférée à la fois! Mon hautboïste domestique t'a reconnue sur les photos et a donné son avis sur le pull: pas mal mais dommage que les couleurs soient si sombres. Tu es donc loin de l'arbre de Noël! Ou plutôt, avec moi, son seuil de détection des arbres de Noël est un peu biaisé... j'ai quand même deux vêtements coupés dans du tissu où il était écrit "Seasons greetings" sur la laize.

    Hors le concept de manches courtes sur un pull en laine épaisse que j'ai de la peine à comprendre, j'aime beaucoup la forme et ça donne envie d'expérimenter. Et puis pour les kilos en plus, tu peux y aller d'autant plus allègrement que les rayures verticales, ça amincit, tout le monde sait ça!

    Pour le maillot de bain (ah tiens, des rayures verticales!), bravo, il est bien plus réussi que le modèle de base. Faut que je me lance moi aussi avant que l'élastique de mon bout de lycra cuise sur place dans le tonneau.

    En parlant de tonneau, tu n'as qu'une boîte à chaussure de laine? Si jamais tu as envie de t'agrandir avec compromis, je te conseille la boîte à cuissarde de pêche taille 56.

      • Dimanche 19 Août 2018 à 09:49

        C'est un arbre de Noël discret et majestueux alors.

        Ton message m'ouvre une piste lacanienne : j'ai affreusement peu travaillé le hautbois cet été faute d'anches potables et attend avec impatience la réouverture de Berthelot. Ne faisant qu'un avec ma frustration, mon corps essaye de m'en fabriquer, des hanches.

        Oui, une boite à chaussures maintenant remplie aux 2/3 et dans le pochon à tricot quelques pelotes de viscose beige que j'ai eu la faiblesse de recueillir. Et pour lesquelles je cherche mollement un projet vu que la fin de l'été approche et que les coupons à traiter s'amoncellent sur ma table.

      • Liseli
        Dimanche 19 Août 2018 à 18:10

        Ton message à toi m'a fait épousseter Robert, je ne connaissais pas Lacan. Mon hautboïste étant justement en train d'utiliser ses anches cette semaine (j'espère surtout celles sans h), il ne pourra pas te dépanner avant mi-septembre et Berthelot sera ouvert d'ici-là. Par contre je me mets un petit mot de côté pour lui rappeler que tu étais intéressée à te libérer de Berthelot à l'occasion.

        Et tout à fait d'accord pour l'arbre de Noël discret et majestueux, ça te va parfaitement! Par contre, les broderies lurex risquent d'esquinter au moins le premier adjectif!

    3
    cyqlaf
    Samedi 18 Août 2018 à 11:48
    cyqlaf

    Les rayures verticales, ça amincit grave, c'est Obélix qui le dit alors ça ne peut être que vrai ! Après, l'effet automnal est bien présent mais sapin de Noël ??? Non, je trouve pas ... /* Ça manque de paillettes et de rouge vif ! */

    & sinon, 5 kilo, si ça passe dans le maillot, alors ça ira sans problème !

      • Dimanche 19 Août 2018 à 09:50

        Je pense sérieusement à agrémenter ce pull de broderies au fil lurex doré !

    4
    Tout chocolat
    Samedi 18 Août 2018 à 12:10

    J’aime beaucoup ton pull à la construction originale. Effectivement avec ces couleurs de fils et sa matière il fait automnal. Ayant fait un test l’an dernier en plein été en pure laine et alpaga, je comprends la solitude au delà de 25 degrés.

    Pour ce qui est du maillot, je ne m’y essaierai pour rien au monde,alors chapeau.

      • Dimanche 19 Août 2018 à 10:10

        Heureusement que ce maillot-ci était déjà à moitié fait. si je m'y prenais à l'avance une prochaine fois, j'irais probablement voir du côté de chez Jalie.

    5
    tic@
    Samedi 18 Août 2018 à 13:28
    tic@

    y'a quand même pas grand monde qui oserait se montrer sur l'inter-pas toujours très-net en maillot, ni une pièce à la 007 ni deux pièces Atlantico-compatible. Et rien que pour ce culot, je t'avoue mon admiration. Bien sûr, la réussite du projet ne fait qu'en rajouter.

      • Dimanche 19 Août 2018 à 10:23

        Haha, y a eu débat à la chaumière pour les photos de la version 1 pièce !

    6
    Marie
    Samedi 18 Août 2018 à 19:25

    Voilà une utilisation très chouette de ces laines 'abandonnées', ça fait très british vintage ! (J'ai vraiment dû me concentrer pour trouver la rayure victime du Paris-Reims !)

    J'ai une tendresse pour Anna Maltz, d'abord parce que ces patrons sont inventifs et encore plus depuis que j'ai lu son essai dans 'A Stash of One's Own' de Clara Parkes, où elle écrit ces mots :
    "I know it's wrong, but I do judge people. An obsession with minimalism has always smacked to me of a romanticism of poverty (and potentially an outdated one at that) from a wealthy perspective. (...) Considered the affluence to buy (or rebuy) what they need, when they need it. The considered minimalism needn't be as resourceful about keeping things around 'just in case', because, at any moment, he or she can replenish the shelves with abundance."

      • Dimanche 19 Août 2018 à 10:34

        Hé bé ! Y a même des livres collectifs sur la question épineuse du stock de laine ! Bon avec cette citation, je me sens validée dans mes habitudes de personne qui se débarrasse rarement de ce qui lui va encore et de ce qui pourrait être transformé.

        Du coup je suis en train de regarder la page amazon du bouquin et j'imagine ta bibliothèque d'après les suggestions : est-ce que tu as aussi "Mindfullness in knitting : meditations on crafts and calm" et "The curse of the boyfriend sweater : essays on crafting" ?

      • Marie
        Dimanche 19 Août 2018 à 15:49

        J'avoue qu'une de mes passions dans la vie est de défier les algorithmes d'Amazon. Et donc raté ;)

    7
    Maie-Claire
    Dimanche 19 Août 2018 à 00:10

    Cette fois-ci c'est décidé, je vous envoie un petit message de remerciement. 

    Tout d'abord pour les patrons que vous réalisez et que vous nous offrez si généreusement. Ensuite pour votre humour, vos textes si hilarants qui font du bien, votre style bien à vous qui me fait aimer la couture: Une  couture décontractée, amusante, indépendante et libre.

    Continuez, s'il vous plaît, de m'enchanter !

    Merci et bon dimanche

    Marie-Claire

      • Dimanche 19 Août 2018 à 10:36

        Merci Marie-Claire, j'espère continuer à mériter ces qualificatifs aussi longtemps que possible !

    8
    corinne
    Dimanche 19 Août 2018 à 19:26

    bonsoir, je me réjouis toujours autant à te lire. Ce pull m'a l'air très bien, il semble faire son affaire même si ces manches ne sont pas toujours faciles à porter, surtout avec une veste. Bravo pour le maillot de bain qui est tout de même bien plus portable que l'original pour ce baigner.

    9
    Katiouche
    Dimanche 13 Janvier à 17:40
    Sublimes créations, comme toujours j'ai envie de dire ! Et par hasard, c'est lequel le patron de ce sublime short burda ?
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :